Pages

vendredi 30 mars 2012

Agroforesterie, Fukushima

Absence
Pas de Mach-Bio sur les antennes de Radio Fmr...
Une rediffusion la semaine dernière, de la musique ce vendredi…
Rien de trop grave, une rencontre malencontreuse avec un scooter… et quelques indisponibilités.
Voici donc le contenu de l’émission que j’avais programmé à l'antenne.



Comment repenser le modèle agricole catastrophique des cinquante dernières années qui a vu disparaitre l’humus des sols, les vers de terre, les haies, les arbres dans les prés et au milieu des champs, les oiseaux qui vivaient dans ces arbres et les insectes qui les nourrissaient…
L’agroforesterie propose une des alternatives à l'exploitation industrielle des terres : remettre au goût du jour l’ARBRE dans la gestion des paysages et des cultures.
Alain Canet, directeur de "Arbre & Paysage 32" et président de l'Association Française d'AgroForesterie nous explique les objectifs d'une nouvelle agriculture intensive durable.



Lorsque chaque culture prend sa place en symbiose : Dans une terre vivante, la concurrence cède la place à la synergie. Les racines des cultures obligent les racines des arbres à chercher en profondeur l’eau et les éléments nutritifs nécessaires.




Semis entre les haies brise vent...

Extrait du débat question réponse avec l'auditoire :




Extrait du débat question réponse avec l'auditoire :



Suites sans fin à Fukushima
Les nouvelles se suivent et se ressemblent : Toutes les informations de la Tepco valident les prévisions catastrophiques des observateurs indépendants qui se penchent sérieusement sur les données visuelles et techniques.
Ainsi, le réacteur 2 n’est refroidit avec succès qu’avec 60cm d’eau. Il devrait y en avoir 7m.
DONC : il n’y a peu de combustibles à refroidir ! Les corium ont disparus.
Et les réacteurs 1 et 3 sont inaccessibles tant la radioactivité y est élevée.
Au total plus de 200 tonnes de combustibles manquent à l’appel.
Et Monsieur Sarkozy continue d’affirmer qu’il ne s’agit pas d’un accident nucléaire !
Hé, Monsieur Sarkozy, ce n’est pas l’origine du sinistre qui détermine le coté catastrophique de la situation. C’est l’état des réacteurs.
Les FAITS seront tenaces : Fukushima, c'est Tchernobyl puissance 2 aujourd'hui à 25 si la totalité des combustibles stokés dans les réacteurs 1 à 4 échappent à tout contrôle, ce qui est encore envisageable !

Rien n'est fini à Fukushima.
Tout est encore possible en France : La sortie immédiate et sans condition du nucléaire, où s'exposer à un risque nucléaire aujourd'hui statistiquement plus que probable.
Faites votre choix.

1 commentaire:

  1. Après Fukushima les morts se multiplient
    Leucémies, pneumonies, saignements de nez, des diarrhées, de la toux, des thyroïdes enflées.
    Même la famille impériale est touchée.

    RépondreSupprimer